navigation

CROP CIRCLES : DES SIGNES D’EN HAUT OU DES ARTEFACTS HUMAINS ? 25 juillet, 2008

Posté par skystars dans : Exo-contacts , trackback

CROP CIRCLES : DES SIGNES D'EN HAUT OU DES ARTEFACTS HUMAINS ? dans Exo-contacts par Jacques VALLEE

Quelques spéculations personnelles sur un thème fractal

La clef de l’enquête sur les choses anormales se trouve souvent en posant les bonnes questions plutôt qu’en dressant une longue liste de réponses pré-établies et en polémiquant au sujet d’hypothèses. Les crop circles qui ont orné les champs anglais dans les deux dernières décennies sont un bon exemple de ce principe. Beaucoup d’enquêteurs bien intentionnés du « paranormal » et des fervents du New Age ont immédiatement posé en principe que les cercles étaient réalisés par des extraterrestres, alors que l’opinion générale des journalistes et des universitaires tendaient à dire qu’ils sont le fait de canulars. En effet, deux retraités ont déclarés aux médias du monde entier qu’ils étaient les auteurs reconnus de nombreux cercles. Au cours des années, plusieurs chercheurs intéressés, y compris moi-même, ont rencontré et interrogé ces « artistes » autoproclamés qui avaient réalisé des formations complexes dans les récoltes comme une nouvelle forme d’art dans lequel  le paysage est utilisé comme toile afin d’attirer l’attention de la conscience populaire et provoquer  des réactions. Il n’y a pas de doute qu’au moins une partie des formations – comprenant quelques réalisations remarquablement complexes – est leur oeuvre.

Ceci laisse de côté la plupart des formations non expliquées, en particulier celles qui sont apparues en un temps très bref ou dans des conditions d’exactitude mathématique très élevée. Dessiner une bicyclette ou une araignée dans un champ de blé est une chose, dessiner l’ensemble de Mandelbrot de la géométrie fractale en est une autre.

Quand des formations sophistiquées ont commencé à apparaître dans la campagne anglaise, plusieurs équipes d’enquêteurs (qui avaient l’expérience d’études des sols et d’études de traces au sol laissées après des observations telles que Delphos ou Trans-en-Provence) ont commencé à les prendre en considération. Plutôt que de s’atteler à établir des conclusions au sujet de l’origine et du but de ces formations, ils ont dressé une liste de questions fondamentales énoncées de la manière suivante :

Y a-t-il un changement de nature de ces formations avec le temps? Qu’est-ce qui arrive exactement à la végétation à l’intérieur des zones affectées?

Y a-t-il quelque chose de particulier au sujet de l’endroit où se trouve le phénomène? Pour collecter de l’information sur ce sujet, ils ont défini un protocole pour recueillir des échantillons de végétation et les ont envoyés à un certain nombre de laboratoires pour des études au microscope. Les résultats, qui ont été discutés lors des réunions de la Société pour l’Exploration Scientifique (Society for Scientific Exploration) et d’autres événements publics, n’ont jamais semblé d’un intérêt suffisant pour que les médias (ni le milieu ufologique) n’en prennent connaissance, peut-être parce qu’ils étaient en contradiction avec la nature sensationnelle d’autres hypothèses.

Les réponses s’établissent ainsi:

Les premières formations étaient à l’origine de simples cercles, puis il y eut des cercles avec des cercles périphériques. Dans les années qui suivirent,  un nombre croissant de figures géométriques sont apparues plus sophistiquées et  dessinées  avec précision.

La végétation est pliée parce que les noeuds des plantes sont éclatés. Les tiges ne sont pas cassées et de fait on rapporte que souvent les plantes recommencent à pousser à nouveau. On a observé toutes les formations des établissements de la Défense britannique, souvent dans un espace aérien à accès restreint.

Autant pour les extraterrestres que pour les druides.

Ces études indiquent que ces formations dans les récoltes sont le résultat d’expériences sophistiquées de guerre électronique menées par des entrepreneurs de la défense. La réponse à la question 1 fournit le premier indice: si vous essayez de calibrer un rayon, le dessin d’un modèle sur un champ de blé peut vous permettre  de le déterminer avec  précision par le diamètre d’une tige au-dessus de centaines de pieds, c’est une situation de test idéale. La réponse à la question 2 se ramène à la question du type d’énergie qui peut en être responsable, parce que la quantité de rayonnement thermique qui doit être accumulée dans un noeud d’une tige de blé pour vaporiser sa teneur en eau est une quantité connue, comme des essais en laboratoire en France et aux Etats-Unis l’ont rapidement déterminé. La réponse à la question 3 indique les auteurs probables de ces essais.

On pourrait être tenté de conclure hâtivement qu’un certain type d’arme basée dans l’espace est ici développée. Je suis peu enclin à le penser en raison du coût que cela implique. Même si des satellites pourraient constituer la plate-forme d’une telle arme, ce qui ne me semble pas évident, des essais d’étalonnage peuvent être effectués à bien meilleur marché depuis un engin volant conventionnel. Dans ces cas où les témoins au sol ont vu des formations en cours de création, ils ont décrit une lueur rougeâtre au niveau du sol, et une végétation pliée en quelques minutes. Cela pourrait correspondre à un rayon dirigé vers le champ depuis un dirigeable planant, dessinant une figure de façon semblable à celle d’un faisceau d’électrons qui dessine une image numérique sur un écran d’ordinateur. Des conversations que j’ai eues avec les enquêteurs impliqués, il semble peu probable que le faisceau soit un simple faisceau infrarouge. C’est plutôt une combinaison d’émetteurs laser et de micro-onde qui pourrait être impliquée, ou une forme de MASER. Peut-être que des essais de plus en plus sophistiqués sont conçus précisément pour découvrir les combinaisons optimales.

Plusieurs questions demeurent ainsi en suspens: Pourquoi les témoins ne voient-ils pas des plate-formes planantes supposées quand ils volent simplement au-dessus de la campagne? Que penser des « confessions » des deux retraités qui affirmentqu’ils ont réalisé les cercles avec une pièce de bois et un morceau de corde? Et pourquoi les expériences continuent-elles dès lors que cette technologie semble avoir atteint un niveau élevé de perfection? J’ai seulement des essais de réponses à ce nouvel ensemble de questions:

Il y a de nombreuses années j’ai donné une conférence sur la recherche OVNI à l’université d’Oxford. Une des personnes qui étaient présentes, un membre du corps enseignant en physique, m’a parlé d’une expérience personnelle intéressante. Son hobby était de piloter des planeurs au-dessus de la campagne anglaise. En une occasion, lors d’une après-midi lumineuse, il s’est étonné de voir le reflet de son avion reflété sur une surface qui semblait être immobile dans l’atmosphère. Il a réellement volé autour de l’objet et a déterminé qu’il s’agissait d’un cylindre reflétant parfaitement les choses. Il est évident qu’un tel dispositif devrait présenter des caractéristiques de « faible visibilité » – une plate-forme « stealth » visuelle.

Ce qui est douteux au sujet des « confessions » des deux hommes  âgés  qui ont fait la une des journaux internationaux et de CNN le même jour.  N’importe quel individu  qui connait la difficulté d’attirer l’attention des médias saura qu’il faut un cercle de relations publiques très étendu pour arriver à faire passer une histoire en première page du Wall Street Journal et du New York Times, du Figaro et de beaucoup d’autres journaux le même jour. Comment les deux retraités ont-ils pu actionner le levier qui a fait faire le tour de la planète à leurs affirmations? Le résultat a été instantané: la presse et la plupart des scientifiques, se sont désintéressés de ce sujet pendant 10 ans.

 dans Exo-contacts

Pourquoi de tels « essais »continueraient-ils aujourd’hui? J’admets que je n’ai aucune bonne réponse . Il semble tiré par les cheveux de supposer que les crop-circles sont devenus de nature plus sociologique que technologique, pourtant ceci pourrait fournir une explication. Tôt ou tard la vérité sera connue, et elle pourra être employée pour critiquer la communauté des chercheurs du paranormal qui se sont précipités pour déchiffrer des écritures extraterrestres dans les formations, ou un présumé retour des druides, des lumières telluriques ou des messages de Gaia sans examiner d’abord la physique de base du phénomène. Il se peut également que de telles hypothèses aient été froidement développées dans le milieu New Age en tant qu’élément d’une expérience de guerre psychologique, et que la vraie nature des formations de récolte puisse ainsi être dissimulée loin d’une attention sérieuse pendant longtemps.

Pourquoi voudrait-on développer un tel rayon? La destruction des missiles entrants (ou le simple brouillage de leur électronique) paraît être un but évident, mais plusieurs projets sont déjà en cours pour produire de telles armes, notamment chez Boeing et d’autres entrepreneurs de la défense. Mais nous pourrions avoir tort de supposer que le faisceau lui-même est une arme; il pourrait être employé simplement pour guider une quantité d’énergie beaucoup plus grande (un plasma confiné, ou une boule de feu créée par une explosion nucléaire, par exemple) vers sa destination finale. Le type de menace qui est présente dans le monde d’aujourd’hui inclut des cibles qu’on peut ne pas vouloir faire sauter, mais faire plutôt fondre à l’intérieur d’une boule de feu. Une telle cible pourrait être un laboratoire biologique, ou une usine chimique, où la dispersion d’un microbe pathogène devenu indésirable. Est-ce à cela que les innocents dessins dans les champ anglais sont destinés? Si oui, leur message pourrait être bien plus sinistre que toute communication d’ETs, amicaux ou non.

Jacques F. Vallée

CROP CIRCLES: « SIGNS » FROM ABOVE OR HUMAN ARTIFACTS? (10-2002)

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

tsnouak |
la terre ça chauffe |
Historia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouvelle vision
| CEVENNES ET CAUSSES
| marjo