navigation

OVNI : LA FORCE DE CONTROLE PAR PHILIPPE SCHNEYDER 5 août, 2009

Posté par skystars dans : Exo-contacts , trackback

L’état de notre petit monde, de notre planète la Terre, ne cesse de s’aggraver : tandis que la population ne cesse d’augmenter à un rythme inquiétant, les famines, les guerres fratricides, les massacres, les pollutions envahissantes qui risquent à la longue de modifier la faune, la flore et les climats, des séismes violents et autres graves désordres de la nature y entretiennent un climat d’insécurité permanente et d’injustices criantes.

Pourtant la technologie humaine, « notre technologie », a bien marqué, depuis des décennies, dans de très nombreux domaines – et plus spécialement dans celui de l’Espace – des progrès considérables. Mais si l’homme, en effet à bien réussi à mettre le pied sur la Lune, et à placer sur orbites circumterrestres ou géostationnaires, une véritable armada de satellites artificiels, ainsi qu’à expédier des sondes téléguidées d’exploration, il n’en a pas pour autant conquis la maîtrise de son propre destin, que ce soit d’ailleurs au plan technologique, scientifique, politique, social ou même culturel. Autement dit, nos civilisations demeurent profondément divisées et la course  à l’armement atomique leur fait courir, qui plus est, le danger d’un véritable holocauste nucléaire.

Or, c’est à ce moment précis et que l’on peut juger comme étant particulièrement critique de son destin, que notre espèce semble faire de plus en plus l’objet d’une surveillance indirecte mais plus ou moins intensive, selon les pays ou les calendriers, de la part de mystérieuses entités venues d’ailleurs : dès 1967, le Dr James Mc Donald, ancien  doyen de l’institut de physique atmosphérique de l’université de l’Arizona, avait cru devoir déjà tirer la sonnette d’alarme à l’ONU en dénonçant l’existence dans notre environnement immédiat, d’une « intrusion » étrangère – vraisemblablement extraterrestre – et exigeant selon lui une prise de conscience au plan supérieur, c’est à dire au niveau de toutes les nations du globe. Il ne fut malheureusement pas entendu et devait disparaître prématurément, dans des circonstances particulièrement étranges, et avec le recul du temps, nous persistons à penser que sa disparition fut une très grande perte pour la science et notre humanité.

La vérité oblige à dire, « que si l’énorme mystère qui frappe à notre porte » est plus que jamais présent, rien de concret n’aura été fait dans le sens d’une investigation honnête et sérieuse au plan international, comme l’avait souhaité le Dr James Mc Donald.

OVNI :  LA FORCE DE CONTROLE PAR PHILIPPE SCHNEYDER dans Exo-contacts h-20-1927311-1265468115

Réunion à l’ONU le 14 juillet 1978  de gauche à droite : Gordon Cooper, Jacques Vallée, Claude Poher, J. Allen Hynek, Gairy, Kurt Waldheim, Morton Gleisner, Lee Spiegel, Leonard Stringfield, et Saunders

Aucune Nation pas même la France, n’aura donné une suite positive ou concrète à la discussion du point 426 de l’ordre du jour de la commission politique dite « spéciale » des  Nations Unies (*). Verrons nous notre société technicienne et surtout rationalisante, basculer au profit d’une contre-culture, non-maîtrisée, à l’instar de ce qui advint de l’ex-civilisation romaine ?

Certes, on peut toujours, avec Stanton Friedman, physicien américain, être tenté d’expliquer cette indifférence apparente par des motifs relevant de la politique et de la stratégie des gouvernements des grandes puissances, peu soucieux de reconnaître et d’avouer en public que leur espace aérien est violé en permanence par des objets inconnus, ressemblant à des machines pilotées, mais douées de performances extraordinaires. On peut aussi l’expliquer jusqu’à un cetain point, par le phénomène de désinformation que, depuis plusieurs décennies, la prolifération des moyens d’information audiovisuels sécrète à la longue, dans l’esprit du public, ne serait-ce que par ses abus et les effets de son matraquage quotidien .

Il n’en reste pas moins que « tout plie devant les faits« , et que certain faits déjà bien établis, et dûment vérifiés, méritent d’être rapportés au public, sans ajouts ni fioritures ou enrobages, inutilement alarmistes, de telle sorte que celui-ci puisse faire lui-même, la part des choses.

Si les Ovnis interfèrent bien avec les origines et le devenir de notre espèce, c’est donc bien d’un véritable devoir de vérité qu’il s’agit ici.

Sans doute, l’existence d’un certain « collège invisible » dans les années 50 et 60 peut se justifier, à cause des réticences de ceux qui, logiquement, auraient dû avoir pour vocation naturelle de prendre en charge le « dossier des soucoupes volantes » : Les scientifiques à « label » officiel, les militaires, les gouvernements, « l’establishment »..

Cette auto-censure n’a plus de sens aujourd’hui, alors que s’amorcent déjà sur l’horizon, les symptômes d’une reconnaissance officielle des phénomènes dits Ovnis à travers le monde, et mieux encore des contacts progressifs, que contrairement aux esprits chagrins de la science, qui prétendent contre toute évidence,  parce qu’ils sont mal renseignés, – ou pas du tout ! – que nous ne sommes pas plus avancés qu’hier, et qu’on ne saura probablement jamais rien de plus sur ces phénomènes  aussi élusifs qu’ostentatoires.

Il faut rappeler ici avec Jacques Vallée, l’existence de plus en plus vraisemblable, d’un mystérieux et puissant « système de contrôle » s’exerçant  sur nos populations, depuis très longtemps et presque à notre insu. Tout ce passe en effet ici comme s’il existait déjà parmi nous sur cette planète, un groupe très secret qui est au courant de la véritable nature de certains Ovnis, et l’utilisent à ses fins propres.

Nous en saurons beaucoup plus prochainement, à tout le moins sur certains des aspects de la « problématique ovni », faits relevant d’ailleurs tout autant de l’aspect psychophysique des phénomènes eux-mêmes que du vaisseau spatial « écrous et boulons« , chers au coeur de Léonard Stringfield et du Major Keyhoe.

Nous ne dissimulons pas notre préférence pour une hypothèse « extraterrestre » au deuxième degré. Les recherches et révélations en cours ne contribuent qu’à lever qu’un petit coin du voile, qui dissimule encore tant de mystères.

L’hypothèse extraterrestre n’est pas la seule explication susceptible d’être prise en compte, dès l’instant où l’on souhaite tout expliquer, depuis les apparitions ou atterrissages allégués d’engins avec traces au sol et impacts divers, dûment établis par procès verbaux, jusqu’à ces phénomènes paranormaux, à haut indice d’étrangeté, très élaborés et très complexes que sont tous ces « sons et lumières » avec ou sans apparition d’entités dont certaines se prétendant être « l’immaculée conception » (cas de Fatima).

Par ailleurs, la coïncidence soulignée par Bertrand Méheust et qu’on peut effectivement relever entre la vague américaine de 1896/1897, et les exploits de Robur le conquérant de J. Vernes, imaginés quinze années plus tôt, ou encore celle relative à la vague de 1933 en Scandinavie et les non moins fameux « avions fantômes », démontrent une fois de plus que le camouflage attribué aux phénomènes ovnis eux-mêmes, ainsi qu’à la pression sociale, n’est pas un vain mot. C’est une raison supplémentaire pour réaffirmer avec notre ami américain le Dr Richard Haines, que nous sommes bien en présence de phénomènes complexes, exogènes et dont la nature peut être très distincte, et d’origine diverse, selon les cas rapportés ou les circonstances. Comme le disait Charles Fort : « je pense qu’il y a autant de genres différents de visiteurs que de visiteurs à New York, en prison, ou dans une église…. ».

Devant un tel mystère aussi épais que complexe et d’une pareille ampleur, il n’est pas interdit d’imaginer l’existence de plusieurs plans de réalité, parallèles ou non, et dont l’un serait propice à l’évolution des Ovnis « écrous et boulons », un autre aux phénomènes parapsychologiques spécifiques, ou encore dits psycho-physiques, le troisième étant réservé « aux voies de Dieu », aux vrais miracles, à ceux qui nous dominent tous, terrestres comme extraterrestres, originaires ou non du système solaire, ou encore de la galaxie.

Philippe SCHNEYDER,

Président de la Commission Nationale de Recherches sur les OVNIS

1973-1995

(*) NDLR :

Les organisateurs et orateurs du 1er Sommet Exopolitique Européen de Barcelone (25 et 26 juillet 2009) se sont accordés sur  la nécessité de créer une Agence européenne consacrée  à l’étude des Ovnis. Elle se fonde sur la décision 426 de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, promulguée en 1978, invitant « les Etats membres concernés à prendre les dispositions appropriées pour coordonner au plan national les recherches scientifiques et les enquêtes sur la vie extraterrestre, y compris les Objets volants non-identifiés (Ovnis), et à informer le Secrétaire-Général des observations, recherches et évaluations de telles activités.« 

Une pétition en ligne collecte les signatures afin de faire aboutir cette résolution. Elle a peu de chance d’aboutir comme la précédente initiative française de 1982 pour les raisons exposées dans la lettre ci-dessous.

onu_ufo_1982-Résolution-de-lécran dans Exo-contacts

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

tsnouak |
la terre ça chauffe |
Historia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouvelle vision
| CEVENNES ET CAUSSES
| marjo