navigation

INTELLIGENCES EXOTIQUES, KABBALE ET ERE DU VERSEAU 30 août, 2010

Posté par skystars dans : Exo-contacts , ajouter un commentaire

ravberg.jpg

Par le rabbin Philipp Berg 

A toutes les époques, l’humanité s’est demandée s’il y avait des êtres vivants sur d’autres planètes. Malheureusement ou pas, dans notre système solaire, les autres planètes sembles inhabitées. En élargissant la question, on pourrait se demander s’il peut y avoir des planètes habitées autour d’autres étoiles, ailleurs dans l’Univers ?

Tout au long de l’histoire, on a spéculé sur l’origine et la raison  de l’existence des planètes. Personne ne sait avec certitude si aucune des théories existantes est correcte.

Ce qui nous intéresse ici, c’est la possibilité d’existence de vie, ailleurs, sous une forme différente de celle qu’on peut voir sur Terre. Assez curieusement, de nombreux scientifiques essaient de prouver l’évidence d’intelligences extraterrestres ou de différentes formes de vie, et un grand nombre devient de plus en plus affirmatif quant à la possibilité de leur existence. L’étude de la vie dans l’Univers, jusqu’alors du domaine de la science-fiction, est déjà abordée. La question n’est plus aujourd’hui de savoir s’il y a des créatures, mais d’établir le premier dialogue interplanétaire.

Le défi immédiat pour l’homme est de contacter les êtres qui se trouvent sur les autres planètes, puisque notre présence a été révélée, par tous les développements de signaux de la radio et de la télévision dans l’espace au cours des quarantes dernières années. Les astrophysiciens  ont abouti à des résultats encourageants au cours de leur recherche d’existence de vie dans l’Univers. La présence d’un grand nombre de molécules organiques complexes dans l’Univers annule les théories passées qui affirmaient que de telles formes de vie ne pouvaient exister. Nous pourrions bien découvrir un jour, que le cosmos contient un grand nombre d’entités inattendues et imprévisibles.

De toute façon, cela seul ne suffit pas à prouver l’existence de mondes habités, d’un point de vue kabbalistique. Alors que cela paraîtrait logique, ce n’est pas probable.

Les formes intelligentes, si elles veulent être capables de contrôler la puissance imposante et la sagesse de l’Univers, doivent être contenues à l’intérieur d’une forme corporelle physique comme nous le sommes sur Terre. C’est l’absence de cette connaissance qui permet aux scientifiques de croire que la Terre est une planète condamnée. Ils pensent que le soleil doit mourir inévitablement puisqu’il se consume, et que nous devrons sur Terre, faire face un jour à la perspective de geler complètement. Une migration en masse  serait une perspective horrible, acquérir la connaissance est une alternative plus raisonnable.

Si on ne peut prouver l’existence d’autres mondes habités, vers quoi d’autre pouvons-nous nous tourner dans notre tentative de localiser ne serait-ce qu’un signal extraterrestre ? Rappelez-vous que nous, kabbalistes, sommes des scientifiques et non des auteurs de science-fiction. Nos théories, même si elles ne sont pas basées sur des observations ou des faits, doivent, par nécessité, ne pas être en contradiction avec les éléments qui ont été prouvés. Ce que je veux dire par là, c’est que des millions de spectateurs insistent pour voir des films qui parlent de vies et de systèmes de vies extraterrestres. Qui peut dire que cet intérêt n’est pas un signe avant-coureur ?

Une des plus remarquables descriptions d’autres formes de vies humaines que j’ai jamais lue ou entendue, se trouve dans le Zohar. Ce récit et cette description pourraient très bien être la base d’une future recherche.

« De même, la mer est pleine de créatures diverses, comme il est écrit : (zohar i p 117b)

Que Tes oeuvres sont nombreuses, O Seigneur !

Tu les fis toutes avec sagesse;

la terre est remplie de Tes créatures.

Voici la mer, grande et vaste en tout sens,

là se remuent sans nombre

des animaux petits et grands;

là des vaisseaux circulent,

(et) Léviathan que Tu formas pour s’y ébattre.  »

Le rabbin Nehorai le Vieux fit un jour un voyage sur la mer. Son bateau sombra dans une tempête et tous les passagers périrent noyés. Mais lui, par quelque miracle, descendit au fond de la mer et découvrit un monde habité où il vit d’étranges êtres humains de petite taille; ils récitaient des prières, mais ils ne pouvaient comprendre ce qu’ils disaient. Miraculeusement encore,  il put remonter à la surface. Il dit « Bénis soient les Justes qui étudient la Bible et connaissent les mystères les plus profonds. Malheur à ceux qui se disputent avec eux et n’acceptent par leurs paroles. » A partir  de ce jour, à chaque fois qu’il entrait dans la maison d’étude et qu’il entendait l’interprétation de la Torah, il pleurait. Quand on lui demandait pourquoi, il disait : « Parce que j’étais sceptique à propos des paroles des Rabbins. Je ne croyais pas à l’existence des sept pays avec des habitants différents de nous-mêmes. Maintenant, j’ai peur du jugement de l’autre monde.. » (Zohar iii p.124b)

Le Zohar n’a bien évidemment pas révélé tous ses mystères. Même si nous mettons de côté la question difficile de la possibilité du voyage sous la mer, à des centaines de pieds de profondeur, pour découvrir une civilisation passionnante, il reste quelques questions qui pourraient amener plus d’interrogations que de certitudes.

Cependant, considérons ce sage et quelques uns des aspects de la vie intérieure de ce rabbin miraculé, le rabbin Nehorai, un tannah (sage) qui vécut au IIème siècle et auquel on se réfère trois fois dans la Mishnah et dans d’autres parties du Talmud (Psaumes ch 104 : 24-26). La plupart de ses affirmations sont de natures haggadiques, mais une de ses paroles, un commentaire sur l’Ere du Verseau, est digne d’être citée ici :

« A l’époque de l’Ere du Verseau, les jeunes hommes insulteront les vieillards, des hommes âgés se lèveront en présence de jeunes : les filles se rebelleront contre leurs mères, et les belles-filles contre les belles-mères. L’aspect de cette génération sera semblable à un chien et un fils ne sera pas décontenancé par la présence de son père. » (zohar p ii 11a)

C’est une sombre description d’un condensé de l’attitude humaine. Si l’Ere du Verseau nous mène vers une époque d’illumination, telle que le Zohar semble l’indiquer, comment peut-on réconcilier ces deux aspects opposés ?

On l’appelait Nehorai parce qu’il illuminait de connaissances ses collègues. C’est précisément pour cette raison qu’il pleura lorsqu’il entra dans la maison d’étude. Il se rappela les mots de Rabbi Shimon qui pleura aussi et dit :  » Malheur à celui qui vivra pendant cette période (ère du verseau), digne d’éloge est la partie de lui qui rencontre et a la capacité spirituelle de vivre cette époque »

Rabbi Shimon explique cette remarque paradoxale de la façon suivante :  malheur à celui qui rencontre cette période car la révélation de grande lumière cosmique sera mortelle pour ceux qui ne sont pas préparés à y faire face. Mais dignes d’éloges sont ceux qui mériteront la lumière pleine de bienfaits du Royaume. Rabbi Shimon confirme que l’ère messianique amènera avec elle une lumière représentant la diffusion de l’illumination spirituelle dans tous les mondes. Ceux qui sont mal préparés à affronter le défi d’une époque d’illumination, vont subir peines et douleurs, telles que le monde n’en a jamais fait l’expérience.

Le rabbin a fait une véritable rencontre. Son contact avec des extraterrestres d’une civilisation avancée, une société qui peut survivre dans un environnement mécanisé, l’a ému aux larmes. Il a réalisé qu’une civilisation d’un plus haut niveau de développement que celle que nous connaissons a subi le sort que subiront tous ceux qui sont mal préparés à faire face à la connaissance. Ici, se trouvaient les vestiges des peuples de l’époque de la Tour de Babel. Un témoignage vivant de ce qui peut arriver à une culture avancée quand les idéaux spirituels de la Force, la Sagesse Eternelle, ne sont pas utilisées à bon escient.

La destruction de l’Atlantide telle qu’elle est décrite par Platon était le résultat inévitable du mauvais traitement et de l’abus de la sagesse éternelle, comme l’ont fait tant de civilisations dans le passé. Adam, la génération de l’époque du Déluge et la civilisation de l’Atlantide mentionnés dans la Bible, comme la civilisation de la Tour de Babel, ainsi que la révélation de la sagesse qui va apparaître à l’Ere du Verseau provoquèrent les pleurs du Rabbi Nehorai. « Malheur à ceux qui ne sont pas prêts. »

Aujourd’hui, c’est à qui sera le premier à s’approprier cette connaissance en vue d’asservir les autres. Se souvenant de ce qui se passa autrefois, le Roi David écrivit «  Le Seigneur est notre réfuge et notre force, une aide très utile dans ces périodes difficiles. Ainsi, nous ne serons pas effrayés, même si la Terre change et que les montagnes sont transportées dans les profondeurs de la mer. » (Tranctate Sanhedrin)

Rabbi Philip S. Berg

Docteur en théologie

 

lien  : http://skystars.unblog.fr/2010/04/17/ovni-declassification-des-archives-de-la-marine-russe/

tsnouak |
la terre ça chauffe |
Historia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouvelle vision
| CEVENNES ET CAUSSES
| marjo