navigation

CIEL ET ESPACE : DES SIGNAUX EXTRATERRESTRES AURAIENT ETE CAPTES PAR LE PROGRAMME SETI 5 janvier, 2011

Posté par skystars dans : Exo-contacts , 1 commentaire

cieletespace488.jpg

L’année 2011 commence fort pour le magazine Ciel et Espace qui fait sa une sur des signaux extraterrestres présumés, captés par le programme SETI. Le magazine publie ainsi dans son 1er numéro de l’année une interview du fondateur de SETI, le Professeur Franck Drake, auteur de la célèbre équation qui porte son nom, afin de faire le point sur les 50 années de recherches écoulées.

« Un message des extraterrestres nous est-il déjà parvenu ? Frank Drake, le premier radioastronome à avoir écouté les étoiles, le soupçonne. Douglas Vakoch, l’un de ses collègues à l’Institut Seti, pense que c’est possible. Même si en 50 ans d’écoutes de la Voie lactée, aucune preuve de l’existence d’une autre civilisation n’est acquise, la quête continue. Et les espoirs des chercheurs de signaux extraterrestres, confiants dans leur méthode, demeurent intacts » écrit Myriam Détruy pour présenter ce numéro de janvier

Le ton de ce numéro du magazine est donné d’entrée par l’édito d’Alain Cirou, Directeur de la rédaction :

« L’astronome Frank Drake n’a rien d’un illuminé. Radioastronome, il est le père de Seti, le très populaire programme d’écoute et de recherche d’éventuels signaux d’origine extraterrestre. Interviewé par Ciel & Espace, à l’occasion d’un bilan réalisé autour du cinquantenaire de cette longue quête, il affirme que des signaux « éphémères » ont été captés et, dit-il, « je soupçonne qu’une petite fraction d’entre eux était d’origine extraterrestre ».

Que les choses soient claires : Frank Drake n’affirme pas avoir entendu les conversations d’une autre civilisation que la nôtre, mais « soupçonne » que certains des signaux captés par les radiotélescopes de Seti – des signaux qui ne se sont pas répétés et qui ont été enregistrés, alors que l’antenne du radiotélescope visait plusieurs étoiles dans le « faisceau » – ont une origine extraterrestre.

Ces émissions auraient été entendues par hasard dans le ciel, mais non localisées, et ce, au milieu d’un bruit de fond généré par le tintamarre électromagnétique de la Terre. Frank Drake prend-il ses désirs pour des réalités ? Sans aucun doute, répondront les détracteurs du programme Seti. Ceux-là ne croient pas que cette recherche soit pertinente et pensent qu’elle revient à chercher une aiguille dans une montagne de foin, sans savoir si celle-ci existe réellement. Pour d’autres, au contraire, la position de Drake est lucide et courageuse. Pour les promoteurs de Seti, l’enthousiasme initial a fait place au réalisme et à une organisation remarquable.

Depuis 1999, le réseau Seti@home, avec ses huit millions d’abonnés, est de fait le plus gros ordinateur virtuel du monde. Hors la prouesse d’organisation de ce réseau de calcul partagé, ces scientifiques ont su rebondir en rassemblant des fonds privés. De nouveaux instruments sont en cours de construction et la stratégie de recherche s’élargit à de nouvelles longueurs d’onde et aux transmissions lasers. Depuis quinze ans et la découverte d’un bon demi-millier d’exoplanètes, l’idée s’est imposée chez les astronomes que ces astres sont un sous-produit de la formation des étoiles. Et que, par milliards, nombre de ces planètes aient pu connaître des conditions favorables à l’émergence de la vie telle qu’elle est apparue sur Terre. Les premiers termes de la fameuse équation de Drake trouvent maintenant des valeurs…

Il est logique qu’en invoquant le « soupçon » légitime, son inventeur ait hâte de conclure ! A-t-il pour autant raison ? En s’éloignant du protocole initial qui veut qu’un signal ne soit considéré que s’il est répété, Frank Drake prend le risque de franchir une ligne jaune. Celle qui sépare la preuve scientifique de la conviction intime. Mais il remobilise ainsi ses troupes sans choquer les plus sceptiques. « Le scénario le plus probable est qu’un jour, nous captions un signal par hasard, une fuite », nous confie même l’un d’entre eux.
Critiqué et populaire à souhait, le programme Seti n’a pas fini de faire débat. En livrant ici ses soupçons, Frank Drake a bien l’intention de l’agiter. « 

Alain CIROU 

source : http://www.cieletespace.fr/editojanvier2011 

EXTRAITS DE L’INTERVIEW DE FRANCK DRAKE

franckdrakecieletespace488.jpg

Ciel & Espace : Quel bilan tirez-vous des 50 ans de recherches SETI ?

Franck Drake : Je retiens 2 choses : la première, c’est que cette recherche sera très longue. Nous devrons continuer à observer beaucoup, beaucoup d’étoiles et augmenter le nombre de canaux de recherche, que ce soit en radio ou en lumière visible. Cela signifie que nous avons besoin encore de plus de temps de télescope et d’équipements plus performants, donc d’argent pour les construire. La seconde chose, c’est qu’il y a véritablement des signaux, mais qu’ils sont éphémères. Nous les avons observés une fois, jamais deux.  Nous en avons détecté sans pouvoir prouver qu’ils étaient d’origine extraterrestre. Pour les voir à nouveau, il faut regarder la même cible un grand nombre de fois avec des instruments de plus en plus puissants. Car je soupçonne qu’une petite fraction d’entre eux étaient d’origine extraterrestre.

 

C&E : Voulez-vous dire que parmi les signaux enregistrés, certains pouvaient effectivement avoir été émis par une autre civilisation ?

Franck Drake  : Tous les signaux que j’ai captés se sont révélés d’origine terrestre. Mais on m’a parlé de signaux détectés pendant d’autres recherches Seti, dont l’origine n’a pu être déterminée parce qu’ils n’ont pas été observés une seconde fois. Cette idée que certains signaux étaient d’origine extraterrestre est un soupçon d’ordre général.

C&E  : Savez-vous quelles étoiles étaient alors pointées par las radiotélescopes ?

Franck Drake  : Dans la plupart des cas, peut-être même dans tous les cas, le signal en question a été détecté alors que l’antenne n’était pas tournée vers une étoile en particulier. Très souvent, il y avait plusieurs étoiles dans le faisceau du radiotélescope. Certaines d’entre elles sont optiquement invisibles parce qu’elles sont obscurcies par la poussière interstellaire. Donc nous sommes certains qu’il y avait des étoiles dans le faisceau du téléscope, mais nous ne savons rien à leur sujet. Elles ne sont probablement dans aucun catalogue d’étoiles. Pour moi, presque toutes les étoiles, sauf les plus massives, peuvent abriter la vie, dans quelque galaxie que ce soit. Récemment, on a découvert une planète autour d’une étoile en provenance d’une autre galaxie et qui avait été capturée par la nôtre. Bien que cela soit surprenant, cela montre que les planètes existent aussi dans d’autres galaxies.

Pour commander le numéro 488 de janvier 2011 : http://www.cieletespace.fr/shopping_archives/1

LIEN : http://skystars.unblog.fr/2010/08/07/comment-contacter-les-extraterrestres/

tsnouak |
la terre ça chauffe |
Historia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouvelle vision
| CEVENNES ET CAUSSES
| marjo