navigation

ARCHIVES SCOLAIRES : LE VATICAN ET LES EXTRATERRESTRES VUS PAR LES ELEVES 19 février, 2011

Posté par skystars dans : Exo-contacts , trackback

COSMOS, OVNIS, E.T. et compagnie…

 

 

 

« Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie… » Pascal

 


« La Terre est le berceau de l’humanité. Mais on ne passe pas sa vie dans un berceau. »   K. Tsiolkovsky ( 1857-1935 )


LE VATICAN ET LES EXTRATERRESTRES

Dialogues inspirés

Sujet : en vous appuyant sur cet article de presse  (cliquez)  ou sur celui-là (re-cliquez), imaginez un débat comparable à celui qui oppose Las Casas à Sepulveda dans La Controverse de Valladolid… Inventez les thèses en présence et déployez  les deux raisonnements contradictoires sous la forme d’un dialogue. 

Les Extraterrestres ont-ils commis le péché originel ?

Photo Pléiade juillet 2009

   Lors d’une conférence au Vatican, José Gabriel Funès affirme que croire en Dieu est tout à fait compatible avec la croyance aux extraterrestres. Le père Funès, directeur de l’observatoire du Vatican, est un astronome. Face à lui le célèbre journaliste Jacques Chevalier qui travaille au journal catholique   » La grande renommée « .

<< Les extraterrestres ne sont pas des êtres comme les humains : on les imagine verts avec des coutumes et des réactions anormales .On ne peut  pas inclure Dieu et les extraterrestres dans la même croyance !… affirme le journaliste.

- Et pourquoi donc ? On ne peut pas juger quelqu’un à sa couleur de peau sans le connaître ! Et puis si personne ne les a encore vus, on ne peut pas connaître leurs coutumes et modes de vie. C’est comme pour la découverte de l’Amérique : on n’imaginait pas que quelqu’un puisse vivre ailleurs que là où nous vivions déjà. On ne pensait pas qu’ils seraient si différents de nous car on se croyait les plus intelligents et les plus inventifs… Or même les arabes ont démontré le contraire : c’est d’eux que viennent les mathématiques, la philosophie et certaines techniques architecturales.  On ne peut donc pas exclure l’hypothèse que d’autres civilisations vivent ailleurs ».

- Mais Dieu, qui a créé l’univers, n’a pas pu imaginer un autre monde, une autre « Terre » sans nous avoir donné les moyens réels de la découvrir.  Il est écrit dans la Bible qu’il nous a créés… Il serait tout à fait normal qu’ y soit aussi évoquée leur existence !

- A l’époque de la Résurrection, c’était inacceptable d’écrire cela. Ils ont attendu le bon moment pour le révéler. Il est aussi tout à fait possible que les extraterrestres n’aient pas commis le péché originel.

– Ce n’est pas imaginable car le péché originel fait partie de l’histoire du monde : les extraterrestres, s’ils ne l’ont pas commis, ne peuvent pas exister.

- S’il existe une multitude d’êtres vivants sur terre, ils pourrait y en avoir d’autres, aussi intelligents et ingénieux que nous, affirme le prêtre jésuite.

- Mais des chercheurs ont prouvé que la vie sur les autres planètes du système solaire n’est pas possible ! La température n’est pas vivable : il fait soit trop chaud soit trop froid. Et puis, de quoi se nourriraient-ils si rien ne peut y pousser ?

- Il existe bien des plantes ayant besoin de grosse chaleur ! Et des chercheurs ont aussi démontré qu’il y a eu des palmiers au Pôle Nord, il y a des milliards d’années.

- Mais dans tous les cas, comment peuvent-ils communiquer avec nous s’ils vivent dans un autre monde, dans un autre univers ?… hasarde le journaliste.

- Mais s’ils vivent aussi loin que vous le dites, les messages lumineux qu’ils nous enverraient mettraient des années à nous parvenir… Lorsqu’ils nous atteindraient, le Jugement Dernier aurait peut-être déjà eu lieu…

- Avez-vous seulement pensé à la Rédemption ?

- Ce n’est qu’une question de religion : s’ils n’ont pas les mêmes croyances, cela change tout ! Et puis ce sont nos frères et nos sœurs, même s’ils vivent sur une autre planète, mais également créée par Dieu !

- Je ne discute plus. Après tout, chacun croit à ce qu’il veut ! « 

La conférence s’achevant là-dessus, l’avis du Vatican sera précisé après une nouvelle confrontation.

Pourtant, ce sujet nous trotte toujours dans la tête car personne ne peut réellement démontrer que les extraterrestres existent.

Claire, lycéenne en Seconde, 2009-2010

Photopochoir Pléiade 2009

  »Il y a plus de choses sur la Terre et dans le Ciel, Horatio, que dans toute notre philosophie. »    Shakespeare, Hamlet


Preuves tangibles ou élucubrations…

                          Un débat a lieu à la Cité du Vatican. Il oppose un théologien,  directeur de l’observatoire du Vatican, José Gabriel Funes, et le scientifique Vincent Chaumette, professeur à l’Université neurologique de Strasbourg.

Le débat commence :

« Nous ne devons pas exclure l’hypothèse que d’autres planètes soient habitées. Il existe probablement des  extraterrestres que nous finirons bien par découvrir à moyen terme en exploitant les indices qu’ils pourront laisser derrière eux .

- Ecoutez, je ne crois pas en Dieu et vous n’arriverez pas à me convertir à l’existence d’extraterrestres. Qu’une soucoupe volante ait survolé le Nevada est un scoop émanant des médias journalistiques et télévisuels pour favoriser leur publicité.

- Contrairement à ce que vous dites, ce sont des faits réels qui ont pour but de sensibiliser les gens à cette cause, pour essayer de leur faire comprendre à eux aussi qu’il n’y a pas que de la vie sur terre. Je vous rappelle à tous que sur bien d’autres planètes la présence d’eau est très abondante, ce qui favorise sûrement le développement de la vie.

- Cela ne veut rien dire. Ce n’est pas parce qu’il y a de l’eau que la vie est obligatoirement présente. Dans mon domaine, un exemple flagrant : avant le Big Bang, l’eau n’existait pas et un phénomène a donné la vie. C’est ici la preuve que votre thèse est absurde !

- Vous n’avez jamais entendu parler des champs rasés sur des kilomètres en une seule nuit et formant des signes que l’homme ne peut pas comprendre ? Je suis sûr que cela est une manifestation des extraterrestres qui veulent montrer qu’ils existent, pour ainsi nous faire comprendre à nous, humains, que nous ne sommes pas les seuls dans l’univers.

- Je ne considère pas cela comme une preuve tangible. Ces champs ‘’ rasés ‘’, tel est votre discours et sans vouloir vous vexer, sont le résultat d’actes émanant de personnes aussi fanatiques que vous. Je suis comme Saint Thomas dans votre Bible. Il me faut voir un extraterrestre pour vous croire, même si personne n’en verra un jour.

- Et ces soucoupes volantes que les gens disent avoir vues, vous y croyez ? En même temps, ne me donnez pas de réponse car il est impossible de ne pas les croire. Certaines personnes sont tellement choquées par ce qu’elles ont vu, qu’il leur est difficile d’en parler pendant plusieurs jours. Croyez-moi, j’assiste très souvent à ce genre de cas étranges et si vous étiez à ma place, vous ne pourriez qu’être d’accord avec moi. Vous me comprenez ?

- Votre discours est bien beau, mais si les extraterrestres voulaient… comment dire, la destruction de notre planète !? Que ferions-nous dans ce cas, même si je n’y crois pas ? Ne perdez donc pas votre temps, il est tellement précieux !

- Les extraterrestres ne peuvent pas être des créatures ignobles, vu qu’ils ont été créés par Dieu.

- On peut être créé par Dieu et être un terroriste, par exemple. Sur ce, j’en ai assez entendu et je vous laisse avec vos élucubrations macabres qui ne mènent à rien !

- Que Dieu soit avec vous ! Qu’il vous ouvre les yeux avec toutes ces preuves incessantes qui nous entourent sur la présence d’extraterrestres dans notre univers ».

Matthieu, lycéen en Seconde, 2009-2010

 Chapelle Sixtine

Nous sommes au Vatican…

 Nous sommes dans une salle de réunion au Vatican, où un théologien, qui croit à l’existence des extraterrestres, rencontre un scientifique qui, lui, n’y croit pas. Le théologien engage la discussion. 

« Bonjour mon Fils.

- Bonjour à vous, mon Père.

- Si je vous ai fait venir ici, c’est que j’aimerais avoir un avis scientifique sur la question.

- Mais, sur quelle question, mon Père ?

- Eh bien, vous penserez peut être que je suis fou, mais selon moi, quelque part dans l’univers, il existe une espèce « extraterrestre », et qui a peut-être elle aussi été créée par Dieu.

- Vous n’y pensez pas ! Il y a sûrement une chance sur un million pour qu’il y ait d’autres êtres vivants ailleurs que sur Terre, et encore moins pour qu’ils soient évolués.

- Je ne suis pas d’accord avec vous. Il y a déjà des millions d’êtres vivants sur notre belle Terre, alors pourquoi n’y en aurait-il pas sur d’autres planètes ?

- Soit, admettons qu’il y ait peut-être d’autres formes de vie ailleurs que sur Terre. En tout cas, je ne pense pas que ces « aliens » croient en quoi que ce soit.

- Ne les appelez pas « aliens » ! Toutes les créatures de Dieu, quelles qu’elles soient, méritent un minimum de respect. Et je ne vois pas pourquoi des extraterrestres ne pourraient pas être croyants. S’ils sont doués de la pensée, alors ils peuvent croire, et notre Seigneur ne fait pas de différences entre les espèces.

- Par Dieu ! Malgré tout le respect que je vous dois, mon Père, je pense que vous divaguez…

- Mon Fils, calmez vous, je vous prie ! Et cessez de blasphémer !

Je pense que ces extraterrestres ont été créés par le Seigneur, et peut-être même n’ont-ils pas commis le pêché originel : ils seraient donc parfaits…

- Moi, je crois plutôt que ce sont des êtres vils et cruels, et qu’il faudrait les enfermer si on en voyait, avant que ce soit eux qui le fassent. S’ils étaient réellement amicaux et croyants, ils nous auraient déjà contactés.

- Pas s’ils ne savent pas que nous existons. Ils sont peut-être technologiquement inférieurs à nous et ils doivent penser qu’ils sont les seuls êtres vivants de l’univers.

- Eh bien, en partant sur votre logique, je peux aussi affirmer qu’ils ne sont peut- être pas croyants et qu’ils n’imaginent sûrement pas qu’un quelconque Dieu puisse exister.

- Peut-être avez-vous raison, mais, même dans ce cas, je crois qu’il est possible de les convertir, comme ça a été le cas avec les Etres Humains.

- Et avez-vous pensé à la barrière de la langue, des cultures, ou même à leur possible hostilité ?

Il se peut même qu’ils ne parlent pas…

- Et n’oubliez-vous pas que sur Terre aussi il y a des centaines de pays différents, avec des cultures et des langues qui leur sont propres…

Et quant à leur possible absence de langage ou à leur hostilité, je suis persuadé que Dieu nous aidera à nous rapprocher.

- Bon, il semble que nous n’aboutirons à rien ; ce n’est donc pas la peine de continuer ce débat.

- Voilà de bien sages paroles, mon Fils. Nous avons tous deux nos convictions et ce n’est pas aujourd’hui que nous les changerons.

- Eh bien, au revoir mon Père.

- Bonne route, mon Fils, que le Seigneur vous guide ! »

Aucun des deux protagonistes ne remporte le débat. Ils ont chacun des opinions véridiques, bien qu’opposées.

Les extraterrestres, s’ils existent, ne méritent sûrement pas qu’on les traite en esclaves, mais il faut apprendre à les connaître avant d’en faire des amis. Il est d’ailleurs écrit dans la Bible : «  Apprends à connaître ton prochain ».

                                                                                     Louis, lycéen en Seconde / 2009-2010


Le Vatican n’exclut pas l’existence d’extraterrestres

Récemment, on a pu lire dans un quotidien : « le Vatican n’exclut pas l’existence d’extraterrestres ». Une révélation intrigante que le directeur général d’une association étudiant les phénomènes paranormaux  voudrait bien mettre au clair, pour améliorer sa cote de popularité. C’est pour cela qu’il a fait appel à un théologien et à un scientifique pour débattre sur le sujet. Seulement, après des heures et des heures de discussion, les deux jeunes hommes n’arrivaient pas à rendre un verdict commun. Pour ne pas revenir bredouilles devant le directeur, qui se réjouissait d’annoncer la nouvelle aux journalistes, ils s’accordèrent un dernier jour de réflexion. 

Le théologien entra le premier dans la salle, libérée à cette occasion, et se prépara mentalement à prouver l’existence d’extraterrestres. Quelques minutes plus tard, il fut dérangé par le scientifique qui entra hâtivement et claqua la porte. Le religieux, assis depuis longtemps, se leva et prit la parole en toussotant légèrement :

« Je tiens à préciser que vous êtes en retard, mon cher ami, enfin… Je ne veux plus que nous tournions autour du pot : je pense qu’il est une part en chacun de nous qui a besoin  de croire en Dieu et à l’existence d’extraterrestres. Les extraterrestres ont peut-être été créés par Dieu pour nous rencontrer, nous connaître, dit sèchement le théologien.

- Je pense plutôt, moi, qu’il ne peut pas y avoir d’autres êtres vivants dans cet univers. Nos chercheurs passent parfois leur vie entière à guetter un message, un texte qu’ils auraient pu nous envoyer, mais rien. Vous savez bien que les scientifiques ont besoin de preuves concrètes et ils ne peuvent pas fonder leurs recherches sur des suppositions. »

Le théologien, assis depuis longtemps, restait sans voix, avant de prendre un tas de feuilles devant lui et de répliquer :

« Dieu est le créateur du monde, il nous a créés, nous les hommes, il a créé les animaux, les fleurs. Alors pourquoi pas les extraterrestres sur une autre planète ? Il a tout pouvoir sur l’univers….

- Cela reste encore à prouver, cria le scientifique. La création du monde est due au Big Bang mais ne nous éloignons pas du sujet, et même, pourquoi les extraterrestres chercheraient -ils à nous rencontrer ? »

Le théologien ne répondit pas à cette question et enchaîna directement sur un autre de ses arguments :

« Il y a dans le monde une multitude d’espèces et même certaines qu’on ne connaît pas… Alors pourquoi écarter l’idée qu’il y a d’autres êtres vivants ailleurs ?

- Nous pouvons l’écarter car de nombreux astronautes sont déjà allés dans l’espace et ils n’ont trouvé que des magmas de galaxies et des astéroïdes, ou encore une supposition de trou noir » répondit le scientifique qui s’était levé pour l’occasion.

Photo Pléiade juillet 2009

Les deux personnages, énervés, reprirent leur souffle et se calmèrent avant de continuer. Le théologien sortit une bouteille de son sac, se désaltéra et reprit :

«  Pourquoi ne pas les appeler  « nos frères » ou « nos sœurs », comme le ferait saint François d’Assise ? »

- Pourquoi les appeler ainsi avant même de les connaitre, si déjà ils existent ? » reprit le scientifique, stupéfait de l’argumentation de son ami.

L’homme de lettres comprit que sa réflexion était un peu déplacée et il chercha dans son paquet de feuilles une autre explication. Le scientifique, quant à lui, eut un petit sourire aux lèvres en repensant à l’intervention de son camarade. Le théologien prit la parole :

« Emettez juste la possibilité qu’ils peuvent exister, ils ont peut-être essayé de nous contacter ou alors ils essayent toujours.

- Nos chercheurs sont performants et n’ont rien remarqué, ni texte, ni message mystérieux. Et même s’ils existent, ils ne peuvent pas nous ressembler car la formation des autres planètes exclut formellement une telle ressemblance. »

Le scientifique réfléchit et se leva d’un air interrogateur en disant :

«  Je veux, mon cher ami, m’excuser car nous ne savons pas encore tout sur l’univers et je vous ai répondu comme si c’était le cas. Je suis d’accord avec vous, même s’il me reste de nombreux doutes. »

Le théologien, souriant, se leva, serra la main de son ami et le remercia. Les deux compères sortirent de la salle, heureux, et se rendirent ensemble chez le directeur pour lui annoncer qu’il se peut que les extraterrestres existent. Car il ne faut pas oublier que les Américains, avant l’arrivée des Européens, aux environs de 1492, pensaient être eux aussi les seuls au monde.

Anne-Camille, lycéenne en Seconde, 2009-2010

Mon petit frère…

Photo Pléiade 2007, place d’Austerlitz, Strasbourg

Chaque personne est unique… 

 Un an après la découverte des extraterrestres, un écrivain de renom, Sylvain Benieu, écrit un livre sur ces derniers et leurs conditions de vie.
Il pense que ce sont des « esclaves-nés » et qu’il faut vite se rendre sur leur planète pour s’en approprier quelques uns. Bastien, un dominicain, est contre cette idée. Il pense que leur existence est l’oeuvre de Dieu et qu’ils ont donc les mêmes droits que nous.

Le 6 mai dernier eut lieu leur confrontation. Le président de la République était là  pour les départager. La salle était remplie de politiciens, philosophes, astronomes… Au centre, nos trois hommes, prêts à  commencer.
<< Chers compatriotes, déclare alors le Président, nous sommes aujourd’hui réunis pour débattre de la publication d’un livre dans lequel sont étudiés nos voisins extraterrestres. Certaines personnes pensent que les affirmations de ce livre sont erronées. Pour examiner ces avis qui divergent, nous allons donner la parole à l’auteur de l’ouvrage puis à  Bastien, qui est contre sa publication.  Je vous prie de vous asseoir et vous donne la parole, monsieur Benieu >>…

Tous s’assirent, à  l’exception de l’écrivain qui commença à  parler :
<< Nos voisins extraterrestres, comme vous l’avez dit auparavant, sont pour moi des animaux, ce ne sont pas des hommes. Ils ne parlent pas notre langue, vivent à  des années-lumière de nous, sur une planète que je qualifie de « morte », vu qu’elle est dépourvue de végétation. Je ne vais pas entrer dans les détails car tout se trouve dans mon livre mais je vous cite les points dont les échos me disent que certaines personnes – il lance alors un regard noir vers Bastien – les trouvent mensongers >>.

Le dominicain se lève et répond :
<< Vous qualifiez d’esclaves-nés nos frères parce qu’ils n’ont pas la même culture que nous, mais vous ne vous souvenez donc pas que nos ancêtres ont tenu les mêmes propos lors de la découverte des Amériques et que des millions d’Indiens en sont morts ??…
Chaque pays a sa culture et sa façon de vivre, sa langue, ses traditions et son histoire. Ces « animaux », comme vous dîtes, sont beaucoup plus intelligents que vous ne le pensez : ils inventent des vaisseaux extraordinaires dont nous ignorons les capacités. Dans votre livre, vous les décrivez comme laids : est-ce parce qu’ils ne sont pas bâtis comme nous ?? Chaque personne est unique. Cet argument est méchant et n’a aucune validité. S’ils sont formés ainsi, c’est la volonté de notre Père et nous ne pouvons pas la discuter car seule est vraie la parole de Dieu… >>
L’ écrivain, resté calme et pensif devant les arguments du dominicain, prend une feuille et lit ce qui y est écrit : il s’était attendu à  ce type de discours.
<< Vous dîtes que c’est l’oeuvre de Dieu, mais avez-vous remarqué qu’ils ne prient pas ? Ils ne vont pas à  l’église et ignorent la religion. Si Dieu les avait créés, ne croyez-vous pas qu’il aurait voulu qu’ils lui rendent grâce ? Certains prêtres ont essayé de les convertir et de leur offrir Jésus mais cela fut un échec total >>.

Le président se leva pour l’interrompre :
<< Nous nous éloignons du sujet : Dieu n’est pas la cause à  défendre ni le but de notre débat. Je pense qu’il est temps de mettre nos idées au clair en allant nous restaurer. Nos pensées divaguent, il faut les remettre en place. Nous reprendrons le débat tout à  l’heure, rien ne presse >>.
La discussion s’étendit sur trois jours. Finalement, le livre ne fut pas publié, car il contenait trop d’arguments mensongers.

                          Soraya, lycéenne en Seconde, 2009-2010

Photopochoir Pléiade 2009

« S’il y a de l’eau… »

« Nous sommes rassemblés, ici, dans l’observatoire du Vatican, pour répondre à certaines questions… » commença le pères Funes, le juge du débat.

« Je vous présente donc l’illustre théologien, M.Ronceveaux, et le scientifique, M.Laconte, qui vont m’éclairer car, je dois l’avouer, mon opinion est encore assez partagée. Pour le moment, je laisse donc la parole à M.Ronceveaux.

- Merci, éminence. Je pense que Dieu n’a pas créé d’autres êtres « extraterrestres » qui vivent dans les étoiles, car il est dit que Dieu a créé l’homme à son image.

- Qu’en déduisez-vous ? interrogea le père Funes.

- J’en déduis que si Dieu a créé des êtres comme eux, ils ne sont pas humains et il est donc peu probable de trouver d’autres civilisations dans les étoiles.

- La science a montré que la possibilité de l’existence d’êtres dotés d’intelligence sur d’autres planètes n’est pas irréfutable. Si des êtres vivent dans les mêmes conditions que nous, c’est-à-dire s’ils ont de l’oxygène et un climat viable, alors ils peuvent vivre et même nous ressembler.

- Ceci est un blasphème ! Comment pourraient-ils nous ressembler s’ils n’ont pas été créés par Dieu ? Vous affirmez que, lors de la création, d’autres êtres pourraient vivre dans d’autres mondes. Selon le texte de la Genèse, Dieu a créé le monde en sept jours et il n’en a créé qu’un seul, celui des hommes. Vous ne pouvez l’ignorer !

- Je ne l’ignore pas, mais la Bible répond aux questions que se sont posées nos ancêtres de façon fictive. Elle interprète ces phénomènes sans arguments et sans justification. Les hommes avaient besoin de croire en quelque chose et ils se sont tournés vers la religion.

- Vous remettez en cause la religion alors que la Science se base sur la religion et sur les textes saints. Ce sont bien les textes saints qui étaient les premiers livres manuscrits. Sans la religion, il n’y aurait pas eu d’imprimerie ni de livres.

- La science a permis d’avancer technologiquement et peut encore progresser. Aujourd’hui, nous avons découvert dans un autre système solaire une planète appelée Glys-51 qui a les mêmes conditions climatiques que nous et on a trouvé de l’eau. Donc, s’il y a de l’eau, il peut y avoir des êtres vivants. Cette planète ne tourne pas sur elle-même : donc dans l’une de ses parties, il fait toujours nuit et froid et, dans l’autre, il fait toujours chaud et jour. Dans la Bible, l’eau n’est-elle pas considérée comme le symbole de la vie ?

- Si, mais…

- Eh bien voilà, vous avez votre réponse. »       Lycéen anonyme en Seconde, 2009-2010 


Photopochoir et montage Pléiade 2009


PUB


La Guerre des Mondes, roman de H.G. Wells ( 1898 )

« Brève rencontre »

Dans La Guerre des Mondes, film de George PAL (1953), un pasteur, Bible à la main, s’adresse à un représentant des envahisseurs martiens… L’ »échange » sera de courte durée…

 Document 1 :: Document 2 :: Document 3 :: Document 4 :: Document 5 :: Document 6 ::

Vidéo / film d’animation :  un E.T. nommé ADAM  (cliquez)


« Tout cet univers visible n’est pas unique dans la nature, et nous devons croire qu’il y a, dans d’autres régions de l’espace, d’autres terres, d’autres êtres et d’autres hommes. »

LUCRÈCE, poète latin, auteur de De natura rerum.

Photomontage Pléiade 2009


Document d’accompagnement

Texte étudié en marge de ce travail argumentatif


Lors d’une promenade nocturne dans un parc, un philosophe fait à une marquise un cours de vulgarisation scientifique. La marquise se lamente de ce que, si la lune a des habitants, « on ne les connaîtra jamais… ».

« Ces gens de la lune, on ne les connaîtra jamais, cela est désespérant. 
- Si je vous répondais sérieusement, répliquai-je, qu’on ne sait ce qui arrivera, vous vous moqueriez de moi, et je le mériterais sans doute. Cependant je me défendrais assez bien, si je voulais.
J’ai une pensée très ridicule, qui a un air de vraisemblance qui me 
surprend ; je ne sais où elle peut l’avoir pris, étant aussi impertinente (1) qu’elle est.
Je gage (2) que je vais vous réduire à avouer, contre toute raison, qu’il pourra y avoir un jour du commerce (3) entre la terre et la lune. 
Remettez-vous dans l’esprit l’état où était l’Amérique avant qu’elle eût été découverte par Christophe Colomb. 
Ses habitants vivaient dans une ignorance extrême. Loin de connaître les sciences, ils ne connaissaient pas les arts les plus simples et les plus nécessaires.
Ils allaient nus, ils n’avaient point d’autres armes que l’arc ; ils n’avaient jamais conçu que des hommes pussent être portés par des animaux ; ils regardaient la mer comme un grand espace défendu aux hommes, qui se joignait au ciel, et au-delà duquel il n’y avait rien.
Il est vrai qu’après avoir passé des années entières à creuser le tronc d’un gros arbre avec des pierres tranchantes, ils se mettaient sur la mer dans ce tronc, et allaient terre à terre (4), portés par le vent et par les flots.
Mais comme ce vaisseau était sujet à être souvent renversé, il fallait qu’ils se missent aussitôt à la nage pour le rattraper, et à proprement parler, ils nageaient toujours, hormis le temps qu’ils s’y délassaient.
Qui leur eût dit qu’il y avait une sorte de navigation incomparablement plus parfaite, qu’on pouvait traverser cette étendue infinie d’eau de tel côté et de tel sens qu’on voulait, qu’on s’y pouvait arrêter sans mouvement au milieu des flots émus (5), qu’on était maître de la vitesse avec laquelle on allait ; qu’enfin cette mer, quelque vaste qu’elle fût, n’était point un obstacle à la communication des peuples, pourvu seulement qu’il y eût des peuples au-delà ; vous pouvez compter qu’ils ne l’eussent jamais cru. 
Cependant voilà un beau jour le spectacle du monde le plus étrange et le moins attendu qui se présente à eux.
De grands corps énormes qui paraissent avoir des ailes blanches, qui volent sur la mer, qui vomissent du feu de toutes parts, et qui viennent jeter sur le rivage des gens inconnus, tout écaillés de fer, disposant comme ils veulent de monstres qui courent sous eux, et tenant en leur main des foudres dont ils terrassent tout ce qui leur résiste.
D’où sont-ils venus ? Qui a pu les amener par-dessus les mers ? Qui a mis le feu en leur disposition ? Sont-ce les enfants du Soleil ? car assurément ce ne sont pas des hommes.
Je ne sais, Madame, si vous entrez comme moi dans la surprise des Américains ; mais jamais il ne peut y en avoir eu une pareille dans le monde.
Après cela, je ne veux plus jurer qu’il ne puisse y avoir commerce quelque jour entre la lune et la terre. Les Américains eussent-ils cru qu’il eût dû y en avoir entre l’Amérique et l’Europe qu’ils ne connaissaient seulement pas ?
Il est vrai qu’il faudra traverser ce grand espace d’air et de ciel qui est entre la terre et la lune. Mais ces grandes mers paraissaient-elles aux Américains plus propres à être traversées ? »

                                               FONTENELLE, Entretiens sur la pluralité des mondes (1686)

(1) Déraisonnable, saugrenue.
(2) Je gage = je parie.
(3) Des relations.
(4) Sans perdre la terre de vue.
(5) Agités.


Où sont passées les soucoupes volantes ?


« Depuis que les moyens d’observations sont capables de distinguer des objets de plus en plus petits et de plus en plus loin de la Terre, ils n’ont rien vu de tel.  Des sociologues expliquent que si on ne parle presque plus des petits hommes verts et de leurs soucoupes volantes, c’est que la guerre froide n’est plus. Peut-être. »

 Telle est la conclusion de l’article accessible par le lien  Astéroïdes (cliquez)…

Photopochoir Pléiade 1986

***************************************************************************************

DÉSERT

     Si des « extraterrestres » débarquent un jour sur notre planète, ils risquent fort de n’y rencontrer personne et de se retrouver dans la situation de nos astronautes découvrant la surface désolée de la Lune (cliquez) ( panorama lunaire rotatif, juillet 1969 ) puis celle de la « planète rouge », Mars, tout aussi désertique… même si certains y décèlent des indices qui pourraient suggérer l’existence d’une civilisation martienne disparue depuis des millénaires….

      Les menaces environnementales qui pèsent aujourd’hui sur l’espèce humaine et font craindre sa disparition ne relèvent plus de la seule science-fiction : les scientifiques et les écologistes évoquent ouvertement cette sombre réalité dans des discours alarmistes qui se multiplient… Même son de cloche du côté du Vatican : les hommes abîment la Création dont ils devraient assurer la sauvegarde… 

        Un physicien préconise même la colonisation de l’espace pour sauver l’humanité… à l’instar de certains romanciers comme Ray Bradbury et René Barjavel : selon eux, il faut  émigrer vers d’autres planètes ! (cliquez)…

     Un jeu d’enfants : fabriquer son OVNI personnel (cliquez) pour explorer la stratosphère… 


Août 2011 : la recherche de l’intelligence extra-terrestre va reprendre …(cliquez)

La Terre rappelle E.T. (cliquez)  Révélations sur les OVNIS ( vidéo )


 Photo Pléiade 2007, place d’Austerlitz, Strasbourg

***************************************************************************************

PUB


***************************************************************************************

ET DIEU DANS TOUT çA ?

On peut certes se demander s’il y a d’autres formes de vie dans l’espace,

si les « extraterrestres » existent bel et bien, et on ne s’en prive pas,

mais on peut aussi retourner la question et s’interroger à voix haute,

notamment à la « une » des médias :


DIEU EXISTE-T-IL ?  

Ce que les scientifiques en disent. Leurs dernières découvertes…


Tel est le thème majeur du magazine Le Point daté du 5 août 2010…


Extraits (cliquez)

*

Liens  Septembre 2010 : génération spontanée (cliquez)

 ou

Dieu n’aurait pas créé l’univers donc les créationnistes peuvent aller se rhabiller… etc …

 … mais… Dieu, Hawking et la physique… hélas ! (cliquez)

A propos, qu’est-ce que le CRÉATIONNISME ?… (cliquez)

*

Parmi les points de vue exposés dans Le Point du 5 août 2010,  figure l’interview du jésuite José Gabriel FUNES, directeur de l’Observatoire du Vatican, qui « voit Dieu dans le ciel »… Extrait :

« Il se peut très bien qu’il existe des planètes semblables à celles de notre système solaire, où la vie pourrait s’être développée. Et je ne crois pas que cela pose des problèmes à la foi chrétienne. 

Nous sommes une petite galaxie sur 1 milliard et nous ne sommes pas au centre de l’Univers. L’Univers est homogène dans toutes les directions. Il n’y a pas, du point de vue astronomique, un centre. Mais l’homme est devenu un « centre » avec Jésus. Dieu s’est incarné et, pour cela, il a choisi l’humanité. Mais il n’a pu s’incarner sur d’autres planètes car, selon la foi chrétienne, l’incarnation est un événement unique et qui ne peut pas se répéter. Jésus a choisi de naître juif, le peuple de la promesse, il a choisi un lieu, la Palestine, et un moment précisd, il y a 2000 ans. Un choix temporel et spatial définitif. On peut imaginer que d’autres êtres vivants participent à la rédemption, mais cela ne nécessite pas une nouvelle incarnation. Il existe une fête dans le calendrier catholique, dite du Christ-Roi-de-l’Univers… « 

On comprend, en lisant ces lignes, que c’est le croyant qui parle ici, plutôt que le scientifique.

Photomontage Pléiade juillet 2009

* Il y a une quarantaine d’années, à l’occasion de la sortie d’un ouvrage évoquant la vie sur d’autres mondes, un point de vue « officiel » ( reflétant la position de l’Eglise sur ce sujet, à cette époque ) fut exprimé par le père Berthier, secrétaire général de la Fédération des organismes de communication sociale

« Q. Y a-t-il une opposition de l’Eglise à l’idée d’une vie sur une autre planète ? 

R. Une autre vie, de multiples autres vies, sur d’autres planètes, en d’autres galaxies, pourquoi pas ?…

Q. Dans l’hypothèse d’une « vie » sur d’autres planètes, est-ce que cela pose la question de plusieurs Christ dans l’univers ?

R. Le Christ est le Fils de Dieu « assumant » une nature d’homme, celle de Jésus de Nazareth. Mais rien n’empêche que le Fils de Dieu ait assumé d’autres natures de vivants, s’il en existe ailleurs… Il n’est pas non plus « fatal » que ces autres êtres aient eu besoin ou aient un jour besoin d’incarnation d’un Dieu parmi eux. » 

Interview citée par J.C. Ribes et G. Monnet à la page 13 de leur ouvrage sur La vie extraterrestre, communications interstellaires et colonisation de l’espace ( coll. Essentiels, éd. Larousse 1990 ).

Malgré quelques similitudes « basiques », ce point de vue s’avère plus souple, voire plus « tolérant », moins « doctrinal » que celui – plus récent – du jésuite astronome Funes, cité plus haut…


Photomontage Pléiade juillet 2009

 * A l’époque de la Renaissance, le moine italien Giordano Bruno professait l’idée d’un cosmos contenant une « infinité de soleils avec autour d’eux des planètes habitées… » Cette « hérésie » lui valut de périr sur le bûcher le 17 février 1600. On voit donc que l’Eglise a plutôt bien évolué sur ce point.

* Au XVIIè siècle, philosophes et savants, armés des lunettes puis des télescopes que leur fournissent les récentes découvertes dans le domaine de l’optique, se livrent avec enthousiasme à l’observation des astres. L’idée de l’éventuelle existence d’autres mondes habités atteindra le grand public avec l’ouvrage de Fontenelle publié en 1686 : Entretiens sur la pluralité des mondes. Cf. extrait plus haut sur cette page.


Au XXè siècle, Jacques BERGIER, l’une des deux têtes pensantes du « réalisme fantastique », publie un ouvrage intéressant sur les

Extra-Terrestres dans l’Histoire (1970) (cliquez) 

Ouvrage paru en 1979 dans la collection J’ai lu – L’aventure mystérieuse (A 250)


Photopochoir Pléiade 1986


* Sectes, gourous et soucoupes volantes : gare aux illuminés ! (cliquez)

* Religion, OVNIS et vie extraterrestre… (cliquer ci-dessous)


PUB


Cliquer sur la bannière pour accéder au site

Y§ves Clady © Copyright 201

Commentaires

commentaires desactivés

tsnouak |
la terre ça chauffe |
Historia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouvelle vision
| CEVENNES ET CAUSSES
| marjo